October 3, 2016

Continuation de Partie 1 – L’approvisionnement en sang

Partie 2 – La papille optique

Mon article précédent traitait de l’imagerie rétinienne et de la manière dont elle peut nous aider à déceler des problèmes liés à l’approvisionnement en sang dans le corps. La détection précoce de ce type de problèmes est un moyen très important de réduire les risques de perte de vision (ou pire) découlant de problèmes tels que les suivants : diabète, hypertension ou accident vasculaire cérébral. L’imagerie rétinienne est également essentielle pour découvrir des menaces similaires pour le système nerveux, qui font leur apparition sur la papille optique.

La papille optique est le repère le plus proéminent à l’intérieur de l’œil. Lorsque votre médecin de famille ou l’acteur qui joue dans votre émission médicale télévisée préférée pointe une lampe torche de couleur noire (aussi appelée ophtalmoscope) près de l’œil et observe celui‑ci, il essaie de voir sa structure. La papille optique représente la terminaison du nerf optique.

1

La présente image représente l’intérieur de mon œil droit. Les lignes ondulées rouges sont des vaisseaux sanguins. Le grand cercle jaune constitue la papille optique. Des changements au niveau de l’apparence de la papille optique peuvent être signe de maladie oculaire ou de certaines conditions neurologiques.

À proprement parler, le nerf optique n’est pas réellement un nerf. C’est une prolongation du cerveau qui déborde jusqu’à l’arrière de l’œil. Elle est responsable de transporter l’information recueillie par des dizaines de millions de cellules et de fibres nerveuses microscopiques qui tapissent la rétine. L’information recueillie est transportée de l’avant du cerveau vers l’arrière pour être traitée dans une zone appelée le cortex occipital.

2

Eyeball = Globe oculaire         Optic nerve = Nerf optique      Optic chiasma = Chiasma optique Optic tract = Tractus optique

Puisque le nerf optique est en réalité un tissu cérébral et qu’il traverse une distance relativement longue, les maladies qui affectent le cerveau ou le système nerveux central peuvent entraîner des changements dans l’apparence de la papille optique.

J’ai vu un exemple du genre en cours de pratique, il y a deux ans de cela. Un jeune patient de quinze ans, TM, s’était présenté sans aucune plainte particulière liée à sa vision. Il a indiqué avoir récemment souffert de maux de tête qui ont fait l’objet d’un examen à l’hôpital local pour enfants, lesquels ont été attribués à des migraines. Lorsque j’ai observé ses papilles optiques, j’ai été surpris par ce que j’ai vu :

3   4

Les deux papilles optiques sont troubles, blanches, et enflées. Il y a des vaisseaux sanguins hémorragiques autour des extrémités des papilles qui ressemblent à des rayons sur un pneu de vélo. Ce jeune homme avait une condition appelée œdème papillaire, qui est causée par une accumulation de liquide dans le cerveau. Sa vision était normale lors de notre rendez‑vous. Il était donc important pour nous d’utiliser l’imagerie rétinienne pour établir un bon diagnostic. Non traité, l’œdème papillaire peut entraîner une perte permanente de la vision, des dommages neurologiques ou même la mort.

Tout comme l’œdème papillaire, une condition appelée névrite optique provoque une enflure de la papille et est associée à des problèmes neurologiques. En fait, 66 % des personnes atteintes de la sclérose en plaques (SP) développent une névrite optique à un moment donné et c’est souvent le premier signe qui conduit à un diagnostic éventuel.

Parfois, l’enflure peut être subtile et difficile à détecter, même avec l’imagerie rétinienne. Il est toujours plus facile pour votre optométriste de savoir si un nerf est enflé quand il peut utiliser une image plus ancienne du même nerf pour effectuer une comparaison.

5

Névrite optique dans le schéma A et résolution partielle dans le schéma C (B et D sont normaux). Parfois, la névrite optique peut être subtile et le diagnostic est plus facile si nous avons des photos des papilles dans leur état sain, en vue d’une comparaison. Les images sont une gracieuseté de : Karli SZ, Liao SD, Carey AR, Lam BL, Wester ST, Society for Clinical Ophthalmology (Grande Bretagne), volume 2014: 8 Pages 2171-2175.

La maladie la plus courante que nous surveillons à l’aide de l’imagerie de la papille est le glaucome. Dans cette maladie, la zone colorée affaissée au centre du nerf optique, connue comme étant la coupe, se développe au fil du temps en raison d’une perte de tissu nerveux. Dans les premiers stades du glaucome, il n’y a aucune perte notable de la vision et la plupart des types de glaucome sont indolores. Une des méthodes utilisées par votre optométriste pour tester la présence d’un glaucome (outre celle qui consiste à souffler la bouffée d’air gênante dans l’œil), c’est l’observation de l’apparence de la papille optique. Encore une fois, la comparaison d’images prises régulièrement sur une longue période peut nous aider à détecter l’apparence de changements subtils. De cette façon, nous pouvons demander plus de tests et entamer un traitement, si nécessaire. Le glaucome est la deuxième plus importante cause de cécité au monde et touche plus de 60 millions de personnes dans le monde entier.

6

Progression de l’excavation papillaire. Remarquez le tissu de couleur claire au centre de la papille qui s’élargit de plus en plus dans chaque image. Le fait d’avoir des photos rétiniennes de la papille permet de détecter plus facilement des changements au fil du temps.

Lorsque l’excavation papillaire change, il est essentiel que nous puissions le détecter tôt. Cette encoche de plus en plus prononcée au centre du nerf représente le tissu mort qui ne peut pas être restauré. Si nous savons que le tissu se dégénère, nous pouvons fournir des gouttes oculaires qui aident à ralentir la dégénérescence. Pour obtenir plus d’information sur le glaucome, veuillez lire cet article intéressant de notre collègue Serge Fauchon, des cliniques eyeDOCS.

L’intérieur de votre œil est un endroit unique et très complexe et votre optométriste doit déterminer si les structures de l’œil sont saines et stables. L’imagerie rétinienne nous permet de confirmer ce fait le jour de votre rendez-vous, et de créer par la même occasion un dossier pour référence future. Voilà pourquoi l’imagerie rétinienne est un outil indispensable pour maintenir une bonne santé oculaire.

Shawn-Charland-200x300

A propos de l’auteur
Dr Shawn Charland 

Dr Shawn Charland est diplômé de l’Université de Waterloo, École d’optométrie en 1999. Il a pratiqué l’optométrie depuis et a rejoint l’équipe de eyeDOCS en 2006 et est devenu partenaire en 2007. Pour plus d’informations sur le Dr Charland et ses intérêts spécialisés relatifs à optométrie, cliquez ici.